Depuis quelques jours, il y a des travaux sur le boulevard de la mer.

On installe des poteaux électriques. Il est vrai que cela fait des années que les riverains se plaignent d'un boulevard plongé la nuit dans un noir absolu, surtout en hiver, dès 17h...

Mais on ne comprend pas bien.

Un projet de réfection du boulevard est dans les cartons. Il va y avoir une réunion publique d'information que l'on attend peut-être en juin ou durant l'été (l'échéance est en effet repoussée). Un Bureau d'Etudes va proposer un projet...  et pendant ce temps, on installe déjà de nouveaux lampadaires !

20180612_121133_COP

20180612_121226_COP

Ces nouveaux lampadaires sont-ils éphémères ?

Les anciens, juste à côté, vont-ils rester ?

Pourquoi avoir choisi des lampadaires si hauts, et si "modernes", sans cachet, sans style ? Ils sont creux, en métal gris pâle.

Alors que l'on sait qu'il est important d'éclairer d'abord le sol et non le ciel et les immeubles. Et qu'il est nécessaire d'adopter plutôt une lumière au sol rasante, pour les piétons.

Ils sont quasiment identiques à ceux de la route qui mène à Brighton, où il y a surabondance de lampadaires et de lumière.

On se croirait sur un tarmac d'aéroport. Peut-être est-ce pour guider les petits bonshommes verts qui projettent de  débarquer bientôt de Mars. Qui sait ?

Eulalie Steens