Notre blog rencontrant un succès grandissant, nous avons été contactée par une personne au sujet d'un article paru dans L'Eclaireur du mardi 20 février 2018 (page 24), signé Pauline Dewez. Et qui nous a donné un certain nombre de détails sur le sujet.

Il s'agit d'un reportage concernant une éventuelle fermeture de classe à Cayeux. Le 8 février avait eu lieu une opération de blocage, avec une banderole "école en danger". 

L'article explique que le nombre d'enfants inscrits à l'école primaire publique est en très nette diminution. Mais on remarquera que "La directrice précise que plusieurs parents ont préféré inscrire leurs enfants dans le privé, à cause de la semaine passée à 4,5 jours, une décision qui ne plaît pas aux Cayolais. A la rentrée prochaine, après consultation, la semaine de 4 jours fera son grand retour dans les écoles publiques de Cayeux."

Voici pour le point technique, purement scolaire.

Mais ce qui a fait bondir notre interlocuteur (et nous-même) est ceci :

"Nous n'accepterons pas la désertification scolaire", assure Jean-Paul Lecomte, maire de Cayeux-sur-mer. "Nous approuvons l'action qui a eu lieu jeudi 8 février". (...)

Quelques jours plus tard, les élus se penchent sur la situation, ses causes, mais aussi la méthode à adopter pour conserver les classes.

 "Le PPRN (Plan de prévention des risques naturels) a fait beaucoup de mal à la commune. Beaucoup de jeunes Cayolais sont partis dans les villages voisins..." constate le maire.Des terrains à bâtir étant devenus non constrcutibles, difficile pour eux de s'installer, d'autant que la location de logement dans cette ville de bord de mer est très convoitée pour les vacances et souvent hors de prix sur le long terme. Mais le maire garde espoir :"Le Plan local d'urbanisme en projet envisage 150 logements principaux d'ici dix ans", de quoi attirrer de nouvelles familles."

 

Oui, vous avez bien lu : le PPRN est néfaste pour la commune ! Le maire l'avoue noir sur blanc.

Qu'avons-nous dit depuis des années (2011) ?

Pourquoi sommes-nous un petit groupe à avoir lutter contre le nouveau PPRN de 2017 ?

A avoir fait campagne pour expliquer à tous pourquoi le PPRN  proposé est théorique et absurde. Qu'il  empêche tout développement économique ? Que nous nous sommes répandue sur ce blog, les réseaux sociaux et dans Le Courrier Picard, l'Eclaireur et la radio (France Bleu).

Pourquoi a-t-il donc été accepté par les élus de Cayeux ? Tandis que dans les villages autour, les élus se soulevaient tous contre le PPRN.

 

Et la journaliste de poursuivre : "Pour assurer l'équilibre des effectifs, les élus, les parents et la directrice se sont concertés. En plus de leurs actions de mobilisation, ils souhaitent informer la population avec du porte-à-porte ou des discussions publiques."

Du porte-à-porte ? C'est tout ? Et attendre dix ans pour que le PLU en projet permette des logements ?! On croit rêver.

C'est ici que la personne que nous avons rencontrée s'insurge une nouvelle fois.

Beaucoup de parents sont partis bâtir ailleurs, par manque de terrains. C'est exact.

Le problème est que des terrains constructibles cayolais, il y en a ! La Mairie possède des terrains parfaits pour des jeunes désirant bâtir leur maison. Notamment à La Mollière.

Alors, pourquoi ne pas vendre ? s'interroge mon interlocuteur. 

Qu'attend-on ?

Je vous laisse méditer sur cette question.

ECLAIREUR_20180306_160233

Eulalie Steens